Le matou, musée de l’affiche de toulouse

Le Matou est la nouvelle appellation depuis novembre 2014 du Centre municipal de l’Affiche, de la Carte postale et de l’Art graphique.

HISTOIRE

Le Centre de l’Affiche est créé cinq ans après l’association qui en est à l’origine, en 1983, par François-Régis Gastou. Celui-ci en assure la direction jusqu’en 2009, en même temps que la fondation du musée de l’Affiche et de la Publicité à Paris. Il s’installe aux allées Charles-de-Fitte, dans des bâtiments du XVIIIe siècle, en 1983. En février 2015, le Centre de l’Affiche devient le Musée de l’Affiche de Toulouse, ou MATOU. Il ferme alors pour un réaménagement et un agrandissement qui lui permettent de disposer de nouveaux espaces L’inauguration officielle du nouveau Matou a eu lieu le 21 avril 2017, avec une exposition des œuvres de l’affichiste Roger Broders (1883-1953).
Depuis 2020, les collections du Matou sont rattachées à celles du musée Paul-Dupuy qui conserve également une importante collection d’arts graphiques à consulter ici (lien vers les pages arts graphiques). Le lieu devient alors un espace d’expositions qui n’est plus seulement dédié aux affiches. Le musée Paul-Dupuy organisera régulièrement des accrochages afin de présenter la collection du Matou. Le premier aura lieu lors de la réouverture du musée à partir du 15 novembre 2022 avec l’exposition « Hiboux, toutous matous », les animaux dans la publicité.

COLLECTIONS

On y trouve plus de 200 000 documents divers et variés, ce nombre ne cessant d’augmenter année après année. On trouve donc des affiches, dont quatorze originales de Toulouse-Lautrec, mais aussi des cartes postales, des vignettes, des étiquettes, des plaques émaillées et d’innombrables supports graphiques. En effet, le musée revendique également 282 emballages de lames de rasoirs, 991 buvards publicitaires ou encore 1192 étiquettes1. Un grand nombre d’affiches qui ont été produites durant le XXe siècle se trouve dans ce musée ; il en va de même pour les bandes annonces de cinéma et les spots publicitaires (1904-1968). Les collections les plus anciennes datent de 1650.